logo Apollinaire bandeau vert
Guillaume Apollinaire
Apollinaire, un poète engagé…

Vous êtes à la page : Biographie /Jeunesse vagabonde… / en pdf Télécharger la page en pdf

"J'ai en bouche un bien précieux"

Regard de femme

Des voyages de jeunesse à une reconnaissance intellectuelle, en passant par la guerre de 14/18, Apollinaire rencontre aussi les artistes de son temps.

Regard de femme

Emprisonné à la prison de la Santé, Apollinaire, isolé à cause du vol de la Joconde au Louvres, écrit des poèmes qui montrent ses doutes et ses peurs.

Apollinaire sur le divan

Apollinaire est blessé à la tête, au front, en 1916, dans l'infanterie qu'il a rejoint après avoir servi dans l'artillerie depuis son incorporation, en 1915, à Nîmes.

Mareye, Maria Dubois, la "fiancée d'Apollinaire" à Stavelot

1885 - La famille Kostrowitzky quitte l'Italie et s'installe à Monaco.

1889 - Apollinaire entre au collège Saint-Charles où il éudie jusqu'à la fermeture en 1895. Il y rencontre James Onimus, René Dupuy des Iselletes dit René Dalize et Louis de Gonzague Frick. Apollinaire retrouvera ces deux derniers à Paris. Il passe, durant cette période, beaucoup de jeudi et de dimanche chez les Onimus. Il y acquiert une culture classique et gréco-latine.

1896 - 1897 - Apollinaire et son frère, Albert, entrent à l'institut Stanislas de Cannes en 1896. Il y rencontre Jean Sève et Ange Toussaint Luca. L'année suivante les frères rejoignent le lycée de Nice où Guillaume est, en juillet, admissible à l'oral du bac, mais il n'est pas reçu. En 1896, la mère d'Apollinaire rencontre Jules Weil qui partagera, dès lors, sa vie.

1899 - Les Kostrowitzky quittent Monaco pour Aix-les-Bains, puis Lyon et enfin Paris. La mère d'Apollinaire se fait refuser l'entrée de plusieurs casinos. A Lyon, Guillaume fréquente la bibliothèque municipale. En avril la famille se trouve à Paris,

dessin

../.. mais sans le sou. Jules Weil les rejoint et, avec la mère d'Apollinaire, ils tentent d'entrer dans les casinos de Spa, d'Ostende avant de regagner Paris. Pendant ce temps, Guillaume et Albert sont à Stavelot.

Stavelot Arrivés en juin 1899 les deux frères, amenés par Jules Weil, se retrouvent bientôt seuls et livrés à eux-mêmes à la pension Constant de Stavelot. Ils quittent les Ardennes belges début octobre, à la cloche de bois. En effet, Mme de Kostrowitzky ne pouvant payer la note de la pension, elle organise la fuite de ses enfants en train et leur retour sur Paris.

Durant ce séjour Guillaume participe activement à la vie sociale et culturelle du bourg. Il rencontre l'instituteur avec qui il se lie d'amitié. Il s'intéresse aussi aux légendes et à la langue de la région. Il prend des notes, parcourt à pied le pays. Il se lie avec les jeunes gens de Stavelot. Il vit une courte idylle avec Maria Dubois, Mareye, pour qui il écrit des poèmes. Maria est l'une des trois filles du cafetier du café des Brasseurs.

Extrait d'un carton d'un photographe

../.. Apollinaire naît à Stavelot : c'est pendant ce séjour d'été qu'il commence à entrevoir un travail d'hommes de Lettres. Bons nombres de ses textes sont emprunts de ce lieu des Ardennes belges wallonnes.

1900 - Apollinaire obtient un diplôme de sténographe. Il fréquente les bibliothèques et est le "nègre" d'un certain Esnard qui publie un feuilleton pour le journal Le Matin. Il travaille un temps pour une société de bourse.

1901 - 1902 - Apollinaire est engagé en mai 1901 par la comtesse de Milhau, comme précepteur de sa fille. Il l'accompagne en Rhénanie où elle a une résidence. Il tombe amoureux de la gouvernante anglaise Annie Playden. En 1902, il accompagne la famille de Milhau à travers l'Allemagne : Cologne, Hanovre, Berlin, Dresde, Munich. Il visite seul Prague et Vienne. Guillaume rentre à Paris fin août. Il collabore à L'Européen. Il publie des contes dans la Revue blanche.

Apollinaire s'inspire des paysages, des gens et des légendes rencontrés en Rhénanie, et lors de ses voyages en Allemagne.

Apollinaire en photo lorsquil étudie

Apollinaire en photo
lors de ses études.

Colombe, Calligrammes